Les Amants du Chocolat de la Couronne Parisienne

Chaque jour, je mange les quatre éléments nutritifs indispensables à la santé : du chocolat au lait, du chocolat noir, du chocolat blanc et du cacao. Debra Tracy

Accueil du site > Information > Santé > Santé (titre à changer)

Santé (titre à changer)

jeudi 1er janvier 2004, par Lionel Miquet-Troisvalets, Sabine Malet

Les peuples précolombiens se servaient déjà du cacao pour soigner différentes maladies et blessures.

L’église s’est mêlée de tout et de n’importe quoi avant que le cardinal Francesco Maria Brancaccio tranche le débat en 1664 en affirmant que le chocolat ne rompait pas le jeûne, quelle avancée pour l’époque !

A cette même époque, la médecine se résumait à la médecine humorale, à savoir que si vous aviez une maladie chaude ou froide, on pratiquait saignée sur saignée…

Les temps ont évolués tout comme la médecine, nous en sommes aujourd’hui fort heureusement à la médecine moderne que nous connaissons. OUF !

Aujourd’’hui, après diverses controverses sur la question, on peut affirmer que le chocolat est bon pour la santé ! (ATTENTION, par contre les abus sont contre-indiqués…)

Pour conclure sur la partie historique :
- en 1720, M. De Caylus crée les chocolats médicinaux.
- en 1866, le chocolat entre dans la pharmacopée française.
- Tous les chocolatiers comme Menier ont été apothicaires.
- Il reste encore une très belle boutique de Debauve et Gallais 30 rue des Saints Pères à Paris 7e qui vend encore des chocolats médicinaux et rappelle cette époque.

Le chocolat ne fait pas grossir, pour 100g de chocolat :

Comparatif apports
Type Protides Glucide Lipides Calcium
Lait 7.5g 57g 32g 220mg
Blanc 7.5mg 52mg 37g 250mg
Noir (72%) 9g 31g 41g 60mg

Le chocolat ne fait pas grossir : 100 grammes de chocolat apportent 530 kcal. En plus de participer à notre équilibre nutritionnel, le HDL cholestérol (dit bon cholestérol) fait baisser le taux de LDL cholestérol (dit mauvais cholestérol) c’est à dire qu’il contribue à la prévention de l’athérosclérose.

Le chocolat participe à la digestion : en effet 100 g de chocolat noir à 72% contiennent 15g de fibres.

Le chocolat n’est pas interdit aux diabétiques : il faut néanmoins consommer un chocolat fort en cacao avec un index glycémique bas. Le chocolat pour diabétiques existe !

Le chocolat ne donne pas de migraine : sauf si vous en consommer des quantités abracadabrantesques !

Le chocolat est bon pour les dents : il contient peut-être du sucre, mais la pâte de cacao contient aussi du fluor, des phosphates et du polyhydroxyphénol, tout cela empêche la formation des caries mais ne vous interdit pas de vous brosser les dents.

Le chocolat n’est pas une drogue : il ne génère ni dépendance ni accoutumance !

Le chocolat n’est pas un aphrodisiaque : par contre ce que l’on peut rajouter dedans…

Le chocolat est riche en antioxydants : cuivre, tanins, vitamine E (familles des polyphénols), ces substances ralentissent le vieillissement des cellules, diminuent le risque cancéreux et préviennent le risque cardio-vasculaire en préservant les parois des artères.

Le chocolat est riche en :
- potassium : diminution du risque d’hypertension artérielle
- Théobromine [*] , théophylline, caféine : contre la fatigue
- Saccharose : contre l’anxiété et la douleur
- Magnésium : contre le stress Stimulant pour la sécrétion d’endorphines donc euphorisant

Le chocolat est riche en vitamines : A, D, B1, B2, B5, B6, B9, PP, E, C

Le seul inconvénient, c’est que le chocolat n’est pas remboursé par la sécu !

Le chocolat est un légume : le chocolat est tiré des fèves de cacaotier, or la fève est un légume. Le sucre est tiré soit de la canne à sucre soit des betteraves sucrières.

Toutes les deux sont des plantes, dans la catégorie « légume » : ainsi, le chocolat est un légume !

Pour avancer plus loin, les barres de chocolat contiennent aussi du lait, qui est un laitage. Donc les barres chocolatées sont bonnes pour la santé. Les raisins, cerises, écorces d’oranges et fraises enrobés de chocolat, comptent pour des fruits, donc mangez en autant que vous en avez envie. Souvenez-vous : « STRESSED » écrit à l’envers donne « DESSERTS »

Notes

[*] la théobromine est le principal alcaloïde du chocolat isolé en 1841 par le scientifique Russe Woskrensensky

4 Messages de forum

  • J’ai une question... 22 novembre 2005 12:41

    D’après vous, quelle quantité de chocolat devrait etre consommée par jour pour bénéficier de tous ses bienfaits ?

    Merci toon

    Répondre à ce message

    • J’ai une question... 8 novembre 2006 18:41, par Roland Lambs (ACCP)

      1 carreau de chocolat de couverture fera l’affaire à condition que ce soit un chocolat qui vous fait plaisir. Le chocolat de couverture est celui que l’on achète en tablettes.

      Répondre à ce message

  • Santé (titre à changer) 1er janvier 2007 23:25, par Emma Spary

    Je m’interesse beaucoup pour le chocolat de sante au XVIIIe siecle. D’ou tenez-vous le renseignement au sujet de Caylus ?

    Répondre à ce message

  • Santé (titre à changer) 10 novembre 2007 14:27, par Yves G

    Etes-vous « chocolatomane » ? Destination Sante

    Le « chocolatomane » se déclinerait en fait… au féminin ! Les différentes études qui se sont penchées sur ce sujet passionnant montrent en effet que les femmes représentent en général, les trois-quarts de l’effectif. Et à en croire plusieurs auteurs, elles ne seraient pas « droguées » pour autant…

    La chocolatomanie se définit en quelque sorte, comme le besoin irrépressible de consommer une quantité importante de chocolat (50 grammes par jour ou plus). « En clinique » précise Bernard Waysfeld, psychiatre et nutritionniste à Paris, « la majorité (des accros) présentent des antécédents dépressifs et déclarent que le chocolat augmente leur énergie, leur procure du plaisir et un sentiment de détente. »

    Rien de bien grave, on en conviendra. Certes le chocolat contient des substances connues pour jouer un rôle dans certains processus d’addiction : la sérotonine, le tryptophane, la phényléthylamine, la tyramine ou encore les cannabinoïdes. Autant de substances présentes dans de nombreux aliments qui ne provoquent pas le même engouement que le chocolat. Ce dernier ne serait donc pas a priori addictogène. Il s’agit seulement d’un aliment plaisir qui nous fait du bien. Et certains – ou certaines - en ont davantage besoin que d’autres !

    Source : GROS, octobre 2007

    Répondre à ce message

Répondre à cet article


Copyright © 2004-2009, Les Amants du Chocolat de la Couronne Parisienne (Association "Loi 1901"), contact. | Ce site web tourne sous SPIP, un CMS gratuit sous licence GPL